Comment apprendre à mieux se connaitre et trouver ses richesses intérieures

Une fenêtre pour mieux (se) voir

Cet outil de développement très simple permet de mieux comprendre comment nous gérons notre vie, nos relations inter personnelles et comment nous pouvons les améliorer. Il permet aussi d’identifier nos gisements infinis de talents et de progrès que nous avons en nous.

Voici donc cette fameuse fenêtre avec ses 4 compartiments bien spécifiques :

Le contenu de chacun de ces compartiments dépend bien évidemment de chaque interlocuteur que nous avons.

Le développement personnel permet en effet de découvrir en particulier, nos zones inconnues pour enfin pouvoir être pleinement acteur de sa vie.

Deux grands domaines distincts composent la perception de « notre » réalité.

Tout d’abord une partie connue et consciente pour nous :

  • La zone connue de soi et des autres.

Nous allons trouver dans ce périmètre notre tenue vestimentaire par exemple, les informations que nous avons partagées avec telle ou telle personne. Ce sont les informations que nous divulguons : activités personnelles, professionnelles, nos projets, …

  • La zone uniquement connue de nous.

C’est notre jardin secret.

C’est deux aires peuvent être enrichies, travaillées consciemment puisque nous y avons accès.

Et puis une partie inconnue et inconsciente pour nous :

En matière de développement personnel, les deux dernières zones sont particulièrement intéressantes car les moins naturelles, du moins au départ,  à identifier et à améliorer. Et puis ce sont dans ces espaces que l’on va générer soit du bon ou du moins bon dans notre vie de façon inconsciente. Autant s’y intéresser non ?

  • La zone des informations connues par un interlocuteur et inconnu de nous.

Je citerai comme exemples simples notre voix, notre apparence. Combien de personnes sont surprises par leur voix, leur gestuelle lorsqu’elles sont enregistrées ou filmées. Une fois que l’on s’est entendu une fois et vu, ces informations deviennent connues de nous. Elles passent dans la zone « 1 » et nous pouvons les travailler, les modifier si elles sont perfectibles.

Nous allons trouver aussi dans cette zone, toutes nos façons de penser qui nous sont propres : ce sont nos croyances, nos valeurs qui se sont mises en place durant notre développement au cours de notre vie. Ces façons de fonctionner quasi automatiques dans telles ou telles situations. Nous ne les voyons plus, elles sont ancrées au plus profond de nous et seuls nos interlocuteurs les perçoivent car ces schémas viennent parler aux leurs : soit c’est l’harmonie, soit la neutralité, soit l’opposition ... Et nous ne nous rendons compte que du résultat.

Pour percevoir ce qui se passe dans cette partie, un outil encore très simple : l’observation des autres autour de nous. Ils ne sont que le reflet de ce que nous transmettons … Si le reflet est bon pour nous, il suffit de consolider ce que nous avons perçu, sinon, à nous de le modifier. Mais encore faut-il être conscient de cela !

Si les personnes viennent me voir, me sollicite c’est que je suis ouvert, disponible, … Si personne ne vient, ne m’invite, peut-être faut-il que je me pose des questions sur mon fonctionnement. De même si les gens autour de moi sont souriants, aimables, c’est que j’envoie des messages d’écoute d’empathie. Si tout est fermé autour de moi, ne le serais-je pas ?

Ai-je autour de moi des personnes qui viennent demander des avis, des conseils ? Sans doute est-ce du fait que je suis disponible, à l’écoute.

Mon entourage s’autorise-t-il des raisonnements, de la créativité avec moi ? C’est que je laisse cet espace dans ma communication.

Alors, simplement commençons à observer le comportement de nos amis, de nos enfants, de nos relations professionnelles pour découvrir comment nous fonctionnons ...

  • Et enfin la zone inconnue de nous et inconnue des autres.

J’aurai mis beaucoup de temps à comprendre comment y accéder … Un pan entier de ma personnalité dont personne n’a conscience : ni moi, ni les autres. Comment est ce possible ? Et surtout comment s’en servir ?

C’est la zone du « lâcher-prise ». Celle où l’on fait appel à ses richesses intérieures en sollicitant son inconscient …

Notre cerveau est en effet structuré en deux parties : notre cerveau conscient, celui qui nous permet d’apprendre à compter, à lire, à percevoir notre environnement avec nos cinq sens (vision, audition, kinesthésie (touché) odorat et gout). C’est le cerveau de la compréhension, de « l’horizontalité » des choses, des questions ouvertes : qui, quoi, quand, comment, où, pourquoi. Celui qui cherche à tout expliquer, prouver.

Notre cerveau inconscient est celui dans lequel se situe les commandes de nos fonctions vitales (digestion, respiration, …) et aussi nos émotions (souffrance, peur, tristesse et joie), nos envies, nos désirs, nos motivations, notre créativité, notre intuition par exemple. Il est là, à notre disposition, extrêmement puissant.

En effet, imaginez tout ce que votre cerveau inconscient gère comme information en même temps, alors que vous lisez cet article … votre circulation sanguine ? Votre respiration ? Vous ne pensez à rien et pourtant tout est là, régulé sans que vous ne fassiez rien.

C’est ce cerveau qui a été capable de gérer votre développement physique, physiologique, psychique au cours de votre vie, mettant en jeu une infinité de mécanismes subtils que la recherche médicale découvre petit à petit … avec encore des pans entiers d’inconnues.

Alors accéder à cette aire : c’est  s’inviter à se donner la possibilité d’accéder à cette capacité interne extraordinaire, de voir notre vie autrement, d’en goûter toutes les possibilités. Et de prendre conscience de nos immenses richesses intérieures.

L’hypnose permet ce passage, cette vision. Etre en hypnose ou plutôt en « état de conscience élargie », c’est se mettre en contact avec nos capacités mentales inconscientes, toute cette puissance inexpliquée pour le moment et qui est à l’intérieur de nous. Cette puissance que l’on ne peut qu’admirer. Cette puissance qui a permis depuis notre conception initiale de gérer notre développement physique et intellectuel pour devenir la personne adulte que nous sommes … Alors quels inconvénients à mobiliser ces capacités pour notre bien ?.

Utiliser l’hypnose est une formidable opportunité de renforcer ce qui fonctionne bien pour nous dans notre corps, notre vie et aussi modifier nos schémas erronés dont nous n’avons pas conscience -  sans la moindre volonté simplement par envie : envie d’avoir une vie meilleure, d’être en bonne santé, accroître ses facultés physiques, psychiques puisque c’est en chacun d’entre nous, dans notre cerveau inconscient.

Alors grâce à l’hypnose allons visiter cette zone complètement inconnue et utilisons ces formidables capacités pour notre bonheur.

 

 

13 milliards d'années ... et gagnants !

… C'est le temps qui sépare le Big Bang du moment où vous lisez ces quelques lignes… Il y a 13 milliards d'années, en l’état des connaissances actuelles, l'univers n'était qu'une sorte de soupe de matière extrêmement chaude (plusieurs millions de degrés). Si chaude, que la matière était désordonnée, sans la moindre structure. Et puis quelques millions d'années plus tard, les éléments primitifs constitutifs étaient en place (atomes). La machine à produire des atomes de plus en plus complexes et lourds était à son apogée : les étoiles naissaient ou mourraient à un rythme incroyable dans un chaos de réactions nucléaires propice au grossissement de noyaux atomiques. C'est ainsi, qu'à partir de l'hydrogène, molécule de base, molécule la plus simple, ce sont construits tous les atomes dont nous avons connaissance aujourd’hui. Plus ils sont lourds, et donc ayant nécessité beaucoup de réactions nucléaires, et moins ils sont nombreux.

Un peu plus de 8 milliards d'année plus tard, ce qui va devenir la terre commence à se condenser : des poussières d'étoile disséminées dans l'espace se rassemblent sous l'effet de la gravitation, s'échauffent entre elles et forment, au départ, une grosse boule de matière incandescente. Cette matière se refroidit doucement, différents phénomènes chimiques provoquent l'apparition d'une couche de gaz autour de notre planète.

C'est dans ces conditions extrêmement agressives que la vie que nous connaissons prend sa source. Tout est là, il faut maintenant ordonner tout cela. La nature tâtonne … Les réactions chimiques se multiplient n’aboutissant à rien ou parfois à des combinaisons à forte valeur ajoutée et sur lesquelles d'autres combinaisons sont possibles. C'est ainsi que les atomes commencent à se combiner les uns avec les autres. Ce sont les premières molécules qui vont devenir de plus en plus complexes dans leur composition, leur forme … Puis ces molécules se combinent entre elles. Bien entendu, là encore seules quelques combinaisons apportent un « plus» sur lequel les combinaisons vont s'effectuer. La nature invente, détruit, lance des pistes de diversification tout azimut … Et «un jour», les premiers êtres monocellulaires apparaissent, il y a environ un milliard d'années …

Dans cet étonnant bouillon de culture, la vie prend sa place, avec une incroyable diversité … Les cellules, suite à des mutations génétiques vont pouvoir s'unir entre elles, pour certaines, et ceci de façon de plus en plus complexe. Les être pluricellulaires naissent … Au départ, simples, du moins en comparaison des êtres qui prendront vie ultérieurement - une simple méduse est un de ces êtres pluricellulaires qui illustrent cette formidable vie qui s'organise. Et déjà quelle prouesse !

L'évolution de la vie continue au hasard des mutations génétiques. La sélection naturelle fait son œuvre. Ne restent que les êtres qui ont ce «plus» par rapport aux autres dans un contexte de vie donné. Le règne animal se scinde en invertébrés et vertébrés. Dans chacune des ramifications, se créent une infinité d'espèces sur terre, dans la mer et dans les airs.

Ce sont les êtres les plus performants qui subsistent, éliminant les moins adaptés. C'est dans un contexte particulier que se sont développés ces gigantesques reptiliens que sont les dinosaures. Ils ont dominés l'espace terrestre pendant des dizaines de millions d'années laissant peu de place à d'autres formes de vie qui trouveront à s’imposer plus tard …

Animaux à sang froid, incapable de réguler leur température interne, ils avaient besoin de chaleur pour vivre. La température de l'atmosphère terrestre bien supérieure à celle que nous connaissons aujourd'hui était propice à cette orientation de la vie sur terre à cette période là. Et puis arrive l'accident tragique pour ces êtres ou l'opportunité de se développer pour d'autres, nos ancêtres les mammifères par exemple : il y a 65 millions d'années une comète s'écrase sur la terre, générant un abaissement de la température incompatible avec le métabolisme de nombreux reptiles de l'époque. Température plus fraîche, nourriture moins abondante, les mastodontes doivent céder leur place à des êtres plus petits, mieux adaptés aux nouvelles conditions de vie …

La sélection poursuit son œuvre, implacable, redoutable. Les seuls êtres qui survivent sont les plus performants. Mais meilleurs un jour, ne signifie pas meilleurs toujours ! Les phénomènes mutagènes viennent perturber l'équilibre, doucement certes, car une espèce n’émerge pas subitement du jour au lendemain, mais par tentatives successives. Les capacités physiques, intellectuelles s'affinent, plus spécifiques, mieux adaptées.

Humblement admettons que nous sommes le fruit de ces errements de la nature depuis 13 milliards d'années. Certes le simple fruit d'un hasard mais aussi tout le fruit d’une sélection farouche qui se perpétue sous nos yeux et dans nos gènes de façon imperceptible à notre échelle de vie.

Nous sommes des gagnants !

Nous sommes le résultat de ces tâtonnements qui ont abouti à la sélection d'êtres incroyablement complexes qui ont les «talents » requis pour vivre sur cette planète.

Incroyablement complexes, car à mesure que la science fait des découvertes, elle nous permet d'en apprendre davantage sur cette magnifique sophistication et d'ouvrir encore le champ à d'autres interrogations.

Alors, combien de temps faudra t-il pour tout comprendre de notre fonctionnement ? Des dizaines, voire des centaines d'années probablement.

D'ici là, tout nous autorise à utiliser tranquillement toutes les ressources que notre cerveau recèle. Ce cerveau dont la complexité, l'efficacité n'a pas d'autre égal. Ce cerveau conscient qui nous permet d'apprendre, de décider, d'être conscient de notre présence, ici lorsque l'on lit ces lignes par exemple. Et puis ce cerveau inconscient, d'une puissance extraordinaire : celui qui tout à la fois régule le fonctionnement de notre corps dans ces grandes fonctions vitales (digestion, respiration, reproduction, locomotion) et qui pilote nos émotions (joie, peur, souffrance, colère), notre créativité, nos intuitions, …

L'hypnose permet de mobiliser toutes ces compétences, ces richesses et talents qui ont fait que l'espèce humaine soit devenue ce qu'elle est : l'intelligence d'apprendre pour inventer, l'intelligence d'écouter son intuition pour innover, la capacité à guérir, …

Alors, bien sur, tout ne tourne pas toujours rond dans notre vie. Nos ressources intérieures ont été modifiées de façon involontaire et peuvent transformer notre vie vers du moins bon.

L'hypnose permet d'avoir accès aux ressources qui si elles sont bien mobilisées, font de nous des êtres en parfaite santé, bien dans notre vie, notre corps, notre esprit, bien avec les autres. Ce sont ces mêmes ressources qui sont aussi bien mises en œuvre pour transformer un bébé en adulte avec une formidable régulation de notre organisme, que celles qui peuvent nous rendre malades … Ce sont ces mêmes ressources que nous utilisons pour réussir un projet ou qui nous font trébucher. La seule différence tient à la façon inconsciente de mobiliser ces formidables capacités : en notre défaveur ou en notre faveur.

TOUT est là, dans notre cerveau, inutile d'aller chercher ailleurs ! Alors offrons nous cette possibilité que propose l'hypnose pour mobiliser nos ressources pour notre avantage.

13 milliards d'années qui nous ont façonnés… il me semble pertinent d'oser penser que nous avons en nous des ressources inouïes et donc tout ce qu'il faut pour vivre heureux, en bonne santé.

A chacun d'être acteur de sa vie pour croire et s'autoriser enfin à mobiliser toutes nos capacités qui sont à la portée de nos mains. L'hypno-praticien est là, à vos côtés, pour vous permettre d'accéder et mobiliser vos ressources intérieures à une condition toutefois, que vous ayez envie d’atteindre votre but.

je suis né.e. alors j'en profite !*

L'avez vous remarqué ? Ce sont souvent les personnes qui ont a un moment donné eu un énorme défi dans leur vie qui prennent conscience de leur vie : accident, maladie, perte d'un proche, des jours heureux qui s'envolent pour une raison ou une autre ...

J'écoutais récemment l'histoire d'un jeune garçon qui a perdu ses deux bras accidentellement. Peut être avez vous aussi vu ce témoignage à la TV

Il a véritablement pris conscience de sa vie, de la puissance de son cerveau, de ce qu'il pouvait en faire en particulier grâce à l'hypnose et aussi avec différents techniques de suggestions positives. 

Il a été capable de relever des défis incroyables ! Il skie de nouveau, fait du vélo, ... sans ses bras.

Alors, oui ! tout ce potentiel est en chacun de nous.

Pourquoi attendre ? Alors que tout est ici à MA Portee !

Il suffit simplement d'en prendre conscience, de l'activer et pour cela, d'avoir envie au plus profond de soi.

Prendre conscience c'est ... tout simplement s’arrêter un instant dans sa vie : par exemple prendre le temps de regarder ce qui m'entoure, ce que je suis, mes doigts qui peuvent bouger si facilement, ces oiseaux qui volent, de capter l'instant et se dire qu'il est unique et qu'il ne se reproduira jamais plus ...

Imaginez le ...

Et d'un seul coup, je peux enfin conscientiser que je suis "ici", que tout ce qui est, "existe". Que je suis une partie d'une mécanique incroyable et pourtant bien réelle que s'appelle l'univers. Et de me dire que j'ai de la chance d'être ici, que c'est à moi d'en profiter.

Alors j'utilise mon cerveau (qui n'attend que cela) pour changer ce qui ne me convient pas et consolider tout ce que j'aime. C'est à moi de le faire et personne d'autre.

Oui, j'en profite ! Je prends conscience enfin de moi, de ma vie, de la vie. Et je décide de la remplir de ce que j'aime, avec ceux que j'aime.

(*) je ne sais plus qui a dit çà ...

Comme un téléphone ...

Savez vous dans les moindres détails comment fonctionne un téléphone ? 

A moins que vous ne soyez un spécialiste du domaine, il est probable que vous ne sachiez pas très précisément comment il fonctionne. 

Et pourtant vous vous en servez et régulièrement n'est ce pas ?

Et bien c'est la même chose avec notre cerveau. Même si la science et en particulier les neurosciences nous en apprennent chaque jour un peu plus, nous ne connaissons pas précisément son fonctionnement. Par exemple, personne ne sait comment se passe le processus de mémorisation.

Et pourtant vous vous en servez n'est ce pas ?

Vous pouvez utiliser votre cerveau encore mieux ! Quelle belle perspective !

Vous savez que pour joindre un correspondant par téléphone vous allez devoir faire une combinaison de chiffres spécifiques, sinon vous n'allez pas obtenir l'interlocuteur que vous souhaitez.

Et bien pour notre cerveau, c'est équivalent. Nous connaissons maintenant de plus en plus de combinaisons d'actions, de protocoles qui vont permettre d'obtenir de ce que l'on souhaite.

Quand le clavier de votre téléphone est verrouillé, il est impossible de composer un numéro. 

Notre cerveau aussi est très souvent verrouillé. Il est quasiment impossible de lui faire intégrer des informations, en particulier toutes celles qui concernent l'imaginaire, l'intuition, la créativité, notre comportement dans telles ou telles situations, notre état d'esprit.

Il va donc falloir trouver et provoquer ce moments durant lesquels l'accès va être déverrouillé.

Nous avons 3 occasions pour accéder au cœur de notre cerveau, celui qui dirige vraiment notre vie :

- pendant notre enfance, jusqu'à environ 7 ans. Malheureusement, nous ne profitons généralement pas complètement de cet état pour semer les bonnes graines qui pousseront tout au long de notre vie.

- sous l'emprise de l'émotion, qu'elle soit positive ou négative, tout événement associé à une émotion forte va s'intégrer dans notre mode de fonctionnement, cela s'appelle un ancrage

- en état de conscience élargi c'est à dire en état d'hypnose.

Alors il est possible de combiner les 3 temps. 

Pour faire très court : un enfant qui bénéficie d'un environnement stimulant sur lequel il peut se modéliser, qui fait appel à la gestion des émotions et que l'on invite au rêve pour ce qu'il a envie de faire démarre avec de sérieux atouts.

Tout le monde n'a pas cette chance d'avoir eu cela ... (Ceci dit, vous savez ce qu'il vous reste à faire si vous avez de jeunes enfants ...)

Il reste que l'on peut combiner émotion et état de conscience élargi et avec ce type de méthode l'impact sur le fonctionnement du cerveau est très puissant avec des effets concrets dans notre corps ou notre vie.

Il suffit tout simplement de passer à l'action.

La faute des autres

J’entends souvent les gens dire : quand çà réussit c’est grâce à moi et quand çà échoue ou que çà va mal, c’est de la faute de autres.

Si JE (quand je dis je, c’est pour dire le cas de chacun) suis dans cet état d’esprit, JE vais avoir beaucoup de difficulté à sortir des schémas qui perturbent ma vie.

Nous sommes de façon consciente ou non consciente actrice.eur de 100 % de ce qui nous arrive dans notre vie.

Ce constat peut surprendre voire plus ... Continuez à lire, si vous êtes ici, il y a au moins une bonne raison ...

Etre actrice.eur nous ouvre surtout le champ des possibles : JE peux décider de la vie qu’il souhaite à condition qu’il en ait envie et qu’il s’en offre les moyens. C’est à moi qu’il revient de décider ce que je vais faire de ma vie.

Il ne peut y avoir de changements sans acceptation. Acceptation ne signifie pas « accord », simplement d’accuser réception sur un sujet qui me concerne. Avec l’acceptation, c’est déjà 50 % du chemin qui est fait. 

Que se passe-t-il donc ?

Tout d’abord, soyez bienveillant.e avec vous. Quand je vous aurai expliqué ce qui va suivre vous allez très vite comprendre.

Il est important d’avoir en tête que nous ne sommes que le fruit de réactions biochimiques très complexes qui ont trouvé l’état que nous connaissons après des millions d’année de tâtonnements.

Toutes ces réactions vont permettre la construction de chacune de nos cellules. Elles constituent notre corps dans lequel nous allons passer notre vie. Certaines en particulier nous permettent de penser : nos neurones.

Le fonctionnement de chacune des cellules de notre cerveau va être influencé dès notre développement dans le ventre de notre mère par les événements extérieurs à notre corps : tout ce qui entre dans l’organisme de notre mère (boisson, nourriture, autre), ce qu’elle vit, ce qu’elle ressent et tout ce que JE peux entendre de l’extérieur. Je vous invite à aller voir du coté de l’épigénétique si çà vous intéresse.

J’ajoute pour celles et ceux qui ont reçu cet enseignement que notre patrimoine générique enferme des mémoires antérieures à notre vie : ancêtres, vies antérieures, histoire du peuple dont JE fais partie, etc.

Mon cerveau va commencer à interpréter ces informations extérieures et les traduire en schémas de fonctionnements internes en fonction de tous ces paramètres.

La naissance passe et l’intégration par le cerveau de toutes les informations que JE reçois dans mon enfance va créer de multiples schémas qui vont conditionner ma perception du monde dans lequel JE vis. Il va s’agir de l’éducation reçue par mes parents, mes enseignements, mes premières expériences. Soyez bienveillant.e vis-à-vis de vos éducateurs, ils ont fait de leur mieux avec la connaissance qu’ils avaient. 

Ce « formatage » va se faire environ jusqu’à l’âge de 7 ans. A la façon d’un livre blanc, les premières lignes de ma vie vont s’inscrire dans ce livre. Ce qui va s’y inscrire va être considéré comme « vérité » par notre cerveau. C’est son programme de base comme pour un ordinateur.

Les 8 premières années de notre vie vont donc considérablement conditionner tout le reste de notre existence.

Certains schémas vont nous servir au contraire d’autres vont nous desservir.  

Et tout cela est non-conscient.

Nous avons chacun notre réalité, réalité qui change aussi au cours du temps au gré de nos expériences désirées ou subies.

Ainsi nous avons chacun notre perception des choses et des évènements.

JE n’est que le fruit de son éducation et de ses expériences. Si j’étais né dans une autre famille, un autre pays, je serai différent.

Tout ce que JE perçois autour de moi : c’est moi, c’est la transcription de l'information par  mon cerveau à un moment donné.

JE ne perçois ou ne comprend que ce que son cerveau a intégré et aussi de la façon qu’il l’a intégré.

Prenons l’exemple d’une langue : sans autre apprentissage, je ne vais comprendre que ma langue maternelle.

Tout ce qui me faire réagir correspond à mes schémas de fonctionnement non conscients. 

C’est bon ? Vous me suivez ?

Alors, tous les gens « méchants » autour de moi, les échecs dans ma vie,  est-ce de ma faute ?

Je ne dirai pas cà comme cela. J’invite toujours les personnes qui me font confiance en venant me consulter à être bienveillante vis-à-vis d’elles-mêmes, surtout pas la moindre culpabilité. 

Comme je l’ai indiqué avant,  il y a des schémas de fonctionnement qui se sont ancrés en nous de façon complètement non consciente. Ces schémas vont amener une traduction des informations perçues.

Pour résoudre ces sujets, il est important d’y aller en plusieurs étapes.

L’une des questions à se poser lorsqu’il se produit quelques choses qui nous fait du mal est : qu’est que j’ai fait de façon consciente ou non consciente pour en arriver là ? 

C’est au prix de cette prise de conscience que JE vais pouvoir changer.

Alors invitez-vous à chercher les indices :

-          Dans le savoir faire : je me suis peut être trompée dans des décisions passées

-          Dans le savoir être : j’ai peut-être eu des comportements inadaptés qui ont perturbé la « réalité » de mon entourage

Ayez bien à l’esprit que les autres ont leurs schémas de fonctionnement non-conscients. Ils vont eux aussi avec des réactions aux informations reçues par leur cerveau. Réactions aux mécanismes non conscients eux aussi. 

Autre point : il n’est pas si aisé de prendre conscience de mes schémas. Comme JE fontionne ainsi depuis le début de sa vie, il ne se rend pas compte si facilement comment il fonctionne. 

Comment changer ?

Une fois le constat effectué, il va falloir s’inviter à changer. Comme l’a dit A. Einstein : la folie est de croire que l’on puisse obtenir des résultats différents en faisant toujours la même chose.

Dans la mesure où notre cerveau a développé des schémas de fonctionnement non conscients, c’est dans l’inconscient de ce cerveau qu’il va falloir aller pour changer ces schémas. 

Ce qui est dans ce cerveau est véritablement gravé en nous. A la façon d’une tablette en marbre.

Pour accéder à cette partie du cerveau, il est nécessaire de modifier son état de conscience pour accéder à un état de conscience « élargi ». Une fois la porte ouverte il est alors possible de graver de nouveaux schémas meilleurs pour nous. 

Quels sont les moyens d’accéder à ce cerveau inconscient ou non conscient ?

Certaines musiques classiques ou celles spécialement conçues pour changer le taux de fréquence vibratoire du cerveau, le son bols tibétains, le yoga, l'hypnoe, la méditation, la course à pieds, le bruit du vent, la vue de la mer, le bruit de l’eau qui courre dans un ruisseau, … 

Pour ma part, je pratique l’hypnose entre autre.

Ensuite, une fois la porte « ouverte » et bien il est nécessaire d'envoyer les bons messages pour que la transcription de l’information reçue par le cerveau (limbique) change et que donc nos schémas de fonctionnement changent. 

Et pour finir ayez aussi bien à l’esprit qu’il y a moins de distance entre l’ignorance et la connaissance qu’entre la connaissance et l’action. 

Beaucoup de personnes savent, combien agissent ?

Alors agissez dès maintenant !

Un tout petit changement de cap pour un bateau l’emmène à une destination totalement différente. Il en sera de même pour vous, des petits changements quotidiens dans votre façon de penser, amèneront de grands changements dans votre vie.

Les plus hauts sommets se gagnent avec des petits pas …

Et sivous souhaitez aller plus vite, je suis à votre disposition.

Nous sommes complexes et remplis de ressources inouïes …

i x i =-1 ou i2=-1 … troublant et étonnant … Les mathématiciens poussent toujours les limites de l’intellect avec des modèles que notre imagination à parfois de la difficulté à appréhender. Et pourtant bon nombre de ces découvertes ont des applications concrètes. Albert Einstein a du à un moment donné, faire appel à un mathématicien de grande envergure pour trouver des modèles théoriques solides afin  d’appuyer sa théorie sur la relativité.

Des nombres complexes …

i2=-1, de quoi s’agit il ? Imaginez un axe horizontal, c’est celui des nombres réels, ceux que l’on connait bien. Ces nombres ont un carré toujours positif (2x2=+4, 8x8=+64) (Sauf zéro : 0 x 0 = 0) et  un second axe vertical pour lequel l’unité de mesure s’appelle « i » et où i2 par convention est égal à -1.  Une simple convention et voilà notre cerveau dans un premier temps tout en perplexité et qui a de la difficulté à intégrer quelque chose d’aussi surprenant, d’extra-ordinaire. D’ailleurs les mathématiciens eux-mêmes ont baptisé cet axe « imaginaire ». En combinant imaginaire et réel, nous obtenons une infinité de possibilités … Les nombres complexes font partie de ces modèles imaginaires qui ont trouvé des applications concrètes pour venir au secours des physiciens et des ingénieurs.

On se sert de ces nombres pour effectuer des calculs sur les phénomènes ondulatoires (courant alternatif par exemple). Et sans eux, rien ne serait possible.

…. Aux êtres complexes

Une analogie très simple peut être faite avec le fonctionnement de notre cerveau. Sur l’axe horizontal, notre cerveau conscient, celui qui nous permet d’apprendre à compter, à lire, à percevoir notre environnement avec nos cinq sens (vision, audition, kinesthésique (touché) odorat et gout). C’est le cerveau de la compréhension, de « l’horizontalité » des choses, des questions ouvertes : qui, quoi, quand, comment, où, pourquoi. Celui qui cherche à tout expliquer, prouver.

Sur le second axe, celui de la « verticalité » se situe notre cerveau inconscient. Celuidans lequel se situe les commandes de nos fonctions vitales (digestion, respiration, …) et aussi nos émotions (souffrance, peur, tristesse et joie), nos envies, nos désirs, nos motivations, notre créativité, notre intuition par exemple.

Et à la façon des nombres complexes ces facultés ne se démontrent pas. Elles sont. A la façon de « i » qui en le multipliant par lui-même devient -1. C’est ainsi.

Si le cerveau conscient raisonne, le cerveau inconscient résonne …

Dans notre quotidien, nous combinons conscient et inconscient sans souvent nous en apercevoir : entre une concentration sur un sujet précis où seul le conscient est mobilisé et une concentration sur la toile d’un artiste, l’écoute d’une musique, la méditation, une séance d’hypnose dans lequel seul l’inconscient est sollicité, existeune infinité de combinaisons où l’on peut combiner rationnel et irrationnel. Les deux cerveaux se « parlent » lorsque par exemple raisonnement et intuition se combine. Quand le cerveau inconscient prend le dessus, les émotions arrivent, nous résonnons, nous bouillonnons : ce sont les rires, les pleurs, les colères …

Tout ne s’explique pas et pourtant cela existe bien … autant s’en servir !

Et comme avec ces nombres complexes, il est possible d’avoir des applications concrètes et pratiques si l’on accepte simplement de ne pas tout comprendre ... Ces facultés qui se situent sur cette verticalité, bien qu’inexplicables, nous servent en notre faveur ou en notre défaveur parfois. Inexplicables car si l’on commence scientifiquement à bien décortiquer et décrire le processus qui va par exemple commander l’expression d’un rire, rien pour le moment n’explique ce qui va le déclencher. Ce qui d’ailleurs fait un écart par rapport à la pensée scientifique qui dit qu’une chose n’est prouvée que si elle est observable, répétable et transmissible. Il en est ainsi lorsque l’on organise des expérimentations. Elles sont conduites par différents équipes à différents endroits pour s’assurer de la valeur de l’affirmation scientifique.

Qu’en est-il d’un rire ? Est-il observable ? Oui. Est- il répétable ? Pas toujours, une même personne peut rire un jour d’une situation, un sketch et ne plus en rire plus tard. Est-il transmissible ? Non, si je ris je ne vais pas obligatoirement réussir à transmettre mon émotion à mon entourage. Alors le rire n’est pas donc pas prouvé puisqu’il ne répond pas systématiquement aux trois questions … ? On goûte les limites de la compréhension rationnelle, cartésienne de notre fonctionnement. De cerveau conscient qui veut tout comprendre avant d’aller plus loin.

Notre cerveau inconscient est bien plus puissant que notre cerveau conscient.

Imaginez tout ce que votre cerveau inconscient gère comme information en même temps alors que vous lisez cet article … votre circulation sanguine ? Votre respiration ? Vous ne pensez à rien et pourtant tout est là, régulé sans que vous ne fassiez rien.

Seulement parfois les régulations sont déviées. Des schémas de pensées erronées innés ou acquis et voilà les émotions qui arrivent et par exemple une personne va rougir en public, une autre avoir peur de prendre l’ascenseur, l’avion, se mettre à manger de façon inconsidérée, fumer, … Et la volonté de changer n’y peut absolument rien … « Fais un effort ! Prend sur toi et çà passera ! » entend-t-on souvent … Mais le conscient perd toujours la partie face à l’inconscient …

Etre en hypnose ou plutôt en « état de conscience élargie », c’est se mettre en contact avec nos capacités mentales inconscientes, toute cette puissance inexpliquée pour beaucoup pour le moment et qui est à l’intérieur de nous. Cette puissance que l’on ne peut qu’admirer. Cette puissance qui a permis depuis notre conception initiale de gérer notre développement physique et intellectuel pour devenir la personne adulte que nous sommes … Alors autant mobiliser ces capacités pour notre bien.

Utiliser l’hypnose est une formidable opportunité de modifier ces schémas erronés sans la moindre volonté simplement par envie. Envie d’avoir une vie meilleure, d’être en bonne santé, accroître ses facultés physiques, psychiques puisque c’est en chacun d’entre nous, dans notre cerveau inconscient.

Alors oui au « i2=-1 », et l’on peut s’en servir. Car si personne n’explique véritablement encore ce qui se passe dans notre cerveau lors des séances d’hypnose, les résultats sont là. Alors utilisons ces formidables capacités pour notre bonheur. Troublant et étonnant vous disais-je …

Mes phrases préférées ...

Sélection :

 

Chaque instant est unique, il ne se reproduira jamais plus.

 

Le chemin est le but.

 

Il y a moins de distance entre l'ignorance et la connaissance qu'entre la connaissance et l'appropriation ou l'action.

 

La folie est de croire que l'on puisse obtenir des résultats différents en faisant ou pensant toujours la même chose ... (A Einstein)

Cela semble toujours impossible, jusqu'à ce qu'on le fasse. (N Mandela)

Notre peur la plus profonde n’est pas que nous ne soyons pas à la hauteur, notre peur la plus profonde est que nous sommes puissants au-delà de toute limite.  C’est notre propre lumière et non pas notre obscurité qui nous effraye le plus. Nous nous posons la question : “qui suis-je, moi, pour être brillant, radieux, talentueux et merveilleux?”

En fait, qui êtes-vous pour ne pas l’être ? (N Mandela)