Nous sommes complexes et remplis de ressources inouïes …

i x i =-1 ou i2=-1 … troublant et étonnant … Les mathématiciens poussent toujours les limites de l’intellect avec des modèles que notre imagination à parfois de la difficulté à appréhender. Et pourtant bon nombre de ces découvertes ont des applications concrètes. Albert Einstein a du à un moment donné, faire appel à un mathématicien de grande envergure pour trouver des modèles théoriques solides afin  d’appuyer sa théorie sur la relativité.

Des nombres complexes …

i2=-1, de quoi s’agit il ? Imaginez un axe horizontal, c’est celui des nombres réels, ceux que l’on connait bien. Ces nombres ont un carré toujours positif (2x2=+4, 8x8=+64) (Sauf zéro : 0 x 0 = 0) et  un second axe vertical pour lequel l’unité de mesure s’appelle « i » et où i2 par convention est égal à -1.  Une simple convention et voilà notre cerveau dans un premier temps tout en perplexité et qui a de la difficulté à intégrer quelque chose d’aussi surprenant, d’extra-ordinaire. D’ailleurs les mathématiciens eux-mêmes ont baptisé cet axe « imaginaire ». En combinant imaginaire et réel, nous obtenons une infinité de possibilités … Les nombres complexes font partie de ces modèles imaginaires qui ont trouvé des applications concrètes pour venir au secours des physiciens et des ingénieurs.

On se sert de ces nombres pour effectuer des calculs sur les phénomènes ondulatoires (courant alternatif par exemple). Et sans eux, rien ne serait possible.

…. Aux êtres complexes

Une analogie très simple peut être faite avec le fonctionnement de notre cerveau. Sur l’axe horizontal, notre cerveau conscient, celui qui nous permet d’apprendre à compter, à lire, à percevoir notre environnement avec nos cinq sens (vision, audition, kinesthésique (touché) odorat et gout). C’est le cerveau de la compréhension, de « l’horizontalité » des choses, des questions ouvertes : qui, quoi, quand, comment, où, pourquoi. Celui qui cherche à tout expliquer, prouver.

Sur le second axe, celui de la « verticalité » se situe notre cerveau inconscient. Celuidans lequel se situe les commandes de nos fonctions vitales (digestion, respiration, …) et aussi nos émotions (souffrance, peur, tristesse et joie), nos envies, nos désirs, nos motivations, notre créativité, notre intuition par exemple.

Et à la façon des nombres complexes ces facultés ne se démontrent pas. Elles sont. A la façon de « i » qui en le multipliant par lui-même devient -1. C’est ainsi.

Si le cerveau conscient raisonne, le cerveau inconscient résonne …

Dans notre quotidien, nous combinons conscient et inconscient sans souvent nous en apercevoir : entre une concentration sur un sujet précis où seul le conscient est mobilisé et une concentration sur la toile d’un artiste, l’écoute d’une musique, la méditation, une séance d’hypnose dans lequel seul l’inconscient est sollicité, existeune infinité de combinaisons où l’on peut combiner rationnel et irrationnel. Les deux cerveaux se « parlent » lorsque par exemple raisonnement et intuition se combine. Quand le cerveau inconscient prend le dessus, les émotions arrivent, nous résonnons, nous bouillonnons : ce sont les rires, les pleurs, les colères …

Tout ne s’explique pas et pourtant cela existe bien … autant s’en servir !

Et comme avec ces nombres complexes, il est possible d’avoir des applications concrètes et pratiques si l’on accepte simplement de ne pas tout comprendre ... Ces facultés qui se situent sur cette verticalité, bien qu’inexplicables, nous servent en notre faveur ou en notre défaveur parfois. Inexplicables car si l’on commence scientifiquement à bien décortiquer et décrire le processus qui va par exemple commander l’expression d’un rire, rien pour le moment n’explique ce qui va le déclencher. Ce qui d’ailleurs fait un écart par rapport à la pensée scientifique qui dit qu’une chose n’est prouvée que si elle est observable, répétable et transmissible. Il en est ainsi lorsque l’on organise des expérimentations. Elles sont conduites par différents équipes à différents endroits pour s’assurer de la valeur de l’affirmation scientifique.

Qu’en est-il d’un rire ? Est-il observable ? Oui. Est- il répétable ? Pas toujours, une même personne peut rire un jour d’une situation, un sketch et ne plus en rire plus tard. Est-il transmissible ? Non, si je ris je ne vais pas obligatoirement réussir à transmettre mon émotion à mon entourage. Alors le rire n’est pas donc pas prouvé puisqu’il ne répond pas systématiquement aux trois questions … ? On goûte les limites de la compréhension rationnelle, cartésienne de notre fonctionnement. De cerveau conscient qui veut tout comprendre avant d’aller plus loin.

Notre cerveau inconscient est bien plus puissant que notre cerveau conscient.

Imaginez tout ce que votre cerveau inconscient gère comme information en même temps alors que vous lisez cet article … votre circulation sanguine ? Votre respiration ? Vous ne pensez à rien et pourtant tout est là, régulé sans que vous ne fassiez rien.

Seulement parfois les régulations sont déviées. Des schémas de pensées erronées innés ou acquis et voilà les émotions qui arrivent et par exemple une personne va rougir en public, une autre avoir peur de prendre l’ascenseur, l’avion, se mettre à manger de façon inconsidérée, fumer, … Et la volonté de changer n’y peut absolument rien … « Fais un effort ! Prend sur toi et çà passera ! » entend-t-on souvent … Mais le conscient perd toujours la partie face à l’inconscient …

Etre en hypnose ou plutôt en « état de conscience élargie », c’est se mettre en contact avec nos capacités mentales inconscientes, toute cette puissance inexpliquée pour beaucoup pour le moment et qui est à l’intérieur de nous. Cette puissance que l’on ne peut qu’admirer. Cette puissance qui a permis depuis notre conception initiale de gérer notre développement physique et intellectuel pour devenir la personne adulte que nous sommes … Alors autant mobiliser ces capacités pour notre bien.

Utiliser l’hypnose est une formidable opportunité de modifier ces schémas erronés sans la moindre volonté simplement par envie. Envie d’avoir une vie meilleure, d’être en bonne santé, accroître ses facultés physiques, psychiques puisque c’est en chacun d’entre nous, dans notre cerveau inconscient.

Alors oui au « i2=-1 », et l’on peut s’en servir. Car si personne n’explique véritablement encore ce qui se passe dans notre cerveau lors des séances d’hypnose, les résultats sont là. Alors utilisons ces formidables capacités pour notre bonheur. Troublant et étonnant vous disais-je …